Et si on se « déconfinait » un peu les idées …

Classé dans : A la une, Afocg33 et partenaires | 0

Après d’importants travaux de projection de la coopérative à 10 ans en 2018-2019 (« L’Atelier Paysan Demain »), la stratégie de l’Atelier Paysan a commencé à se déployer en 2019 pour entreprendre un important virage. L’occasion de réaffirmer la radicalité de son projet politique, au moment même où une crise inédite démontre, si besoin était, les limites d’un système global qui broie et méprise l’humanité dont il se nourrit. Quel impact sur la vie de la coopérative ? Pour en savoir plus, cliquez ICI !

Cette crise n’est pas la nôtre.

Nous avons toutes et tous à la subir, les précarisés ou les négligés – encore les mêmes, toujours les mêmes -beaucoup plus que d’autres. Cette crise pose d’ores et déjà une vaste leçon : les dégâts de l’individu néo-libéral, du tout pour ma pomme généralisé ne trouveront réparation que collectivement. La séquence globale que nous traversons n’est que l’ultime avatar d’une folle machine à précariser, à déshumaniser, à détruire, une machine qui se nourrit du pillage et du broyage de l’humanité. 

En début d’année 2020, un incendie avait détruit la Maison des Technologies Paysannes que nous achevions sur la ferme de Trévero. Puissant coup dur. C’est déjà loin, très loin, le grotesque du nécessaire confinement généralisé est passé par là. 

L’équipe se porte bien, tout le monde est en télétravail, aucun poste n’est menacé à court terme. Nous avons pris la difficile décision de fermer la plateforme technique. C’est un crève-cœur.  Mais il nous faut reconnaître que notre soutien technique n’est pas décisif pour l’immédiat besoin de ravitaillement de la population. Nos usager-es paysan-nes sont dans les champs et accaparé-es par la gestion de la distribution en temps de crise. Nous devons garder notre sang froid, ne pas céder à l’émotion pour sauvegarder la structure, tout comme les humains qui la composent.  

 Alors nous nous sommes mis au travail autrement. Nous avons ouvert, pour quelques semaines, une intense phase de recherche et développement. Se remettre la tête à l’endroit, modérer les sollicitations, finir les travaux en cours, nettoyer le plan de travail, lancer les sujets suivants. Ce sont au total une cinquantaine de technologies paysannes qui sont concernées. Des technologies inédites pour la plupart, ou d’autres qui bénéficieront de significatives mises à jour. Livraisons au pot commun à venir. Nous travaillons également à structurer notre capacité de formation, fer de lance de notre stratégie d’essaimage. Et nous aiguisons nos analyses. Nous serons donc moins visibles, moins joignables, mais nous ne sommes vraiment pas loin.

Ensuite viendra le temps de l’expression.  Et de la confrontation. Nous nous tiendrons prêts, comme nous le pourrons, mais nous serons là. Il est temps de sortir de cette marge insignifiante, de cette marge parfaitement intégrée. Il y aura un après nécessairement autre que l’avant. A nous de nous porter à la hauteur du moment pour que cet après ne soit ni le retour à la « normalité » qui l’a créé, ni le pire. 

En attendant, prenez le temps des quelques lectures que nous vous suggérons. Et prenez-soin de vous. 

Et, en particulier, une tribune qui fait le lien entre la santé, l’alimentation et … l’agriculture, évidemment, parce que, en fait, le fameux (?) « grand débat national » est peut-être encore à faire ! et pourquoi pas un nouveau CNR ? Conseil National de la Résistance ou de la Résilience ?

Le confinement et la crise du COVD19 ont brusquement rappelé aux Français.es l’importance de la santé et de l’alimentation. Et Emmanuel Macron ? Aurait-il fait un pas de côté, comme le supposent certaines interprétations de son allocution du 12 mars ? Bien au contraire, son discours fait dangereusement écho à ce que prépare le gouvernement depuis la fin du « Grand débat national » : un soutien financier de l’Etat, au nom de la souveraineté, en faveur d’acteurs industriels de ces deux secteurs. C’est ce qu’expliquent dans ce billet Thomas Borrell, chargé de mission scientifique à l’Atelier Paysan, et Pierre-André Juven, sociologue et co-auteur du livre La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public (actuellement disponible en ligne gratuitement, une lecture recommandée en ce moment en soutien aux personnels de l’hôpital public). Consulter la tribune à ce lien (Blog Mediapart)

Et pour aller plus loin … Les petites vidéos politiques de l’Atelier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.