Au nom de la terre …

Classé dans : A la une, Afocg33 et partenaires, Evenements | 0

Un film tragique, « dur » qui rime avec agriculture et pour tout dire -pas sur le film- qui sous-tend un taux de suicide d’environ 1 mort, tous les 2 jours ! je n’arrive même pas à l’envisager, autant ou plus que le taux de féminicide ! Vous y voyez des causes ? N’hésitez pas à nous le dire en bas de cet article. Agir pour l’environnement en voit au moins une, voir l’article ICI ! Y-a-t-il une réponse, une alternative à cette agriculture qui tue ? Par exemple, à Lodève, les associations Terres Vivantes proposent une alternative avec l’agronome A. Dufumier qui non seulement met l’agronomie au centre des territoires mais semble de plus en plus sensible à ce qui s’appelle une agriculture paysanne. Voir aussi en bas de page.

Au sujet de ce film, nous avons reçu de Solidarité Paysans Aquitaine ce message :

Bonjour, le film Au nom de la terre est sorti partout en France. Un film de Edouard Bergeon,
avec Guillaume Canet, Veerle Baetens, Anthony Bajon, Rufus, Samir Guesmi, Yona Kervern.

Nous avons l’honneur d’être soutenu dans notre action par Guillaume Canet, Edouard Bergeon, le réalisateur, Christophe Rossignon, le producteur et Diaphana, le distributeur. Au nom de la terre est un film important qui montre l’échec du modèle agricole industriel, et que le suicide des agriculteurs est une question de société et non un problème individuel.

SYNOPSIS : Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu. Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années. Nous vous encourageons chaleureusement à aller voir le film !

Découvrez  ici la bande-annonce du film.

Corentin LAURENT, Animateur Solidarité Paysans Aquitaine
>
2 bis rue du 8 mai 1945
> 33 540 Sauveterre-de-Guyenne
> 07 68 47 88 30 (permanence téléphonique du lundi au vendredi)
> solidarite.paysans.aquitaine@orange.fr

Et ceci n’est pas que fiction, bien entendu, il suffit de voir le témoignage de cet éleveur de chèvres qui est en redressement judiciaire depuis 2015 et cela va le poursuivre jusqu’en 2030. Date à laquelle il devra s’acquitter de ses dettes, d’un montant de 430.000 euros. Au quotidien, cette situation est extrêmement pesante, pour lui et sa famille, ce sont les actus de :

france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/solidarite-paysans-poitou-charentes-association-aupres-paysans-difficulte

Pour découvrir ce film – tout le mois d’octobre – vous pouvez aussi découvrir les cinémas de proximité en Gironde, avec assez souvent des débats ou des « clins d’oeil ». L’association compte aujourd’hui 30 cinémas répartis sur l’ensemble du département, garants d’une équité territoriale en terme d’accès à la culture. La salle de cinéma est en effet un lieu de diffusion culturelle, d’intégration sociale et de développement local dont la fermeture entraînerait un appauvrissement de la vie locale. Ce sont ces valeurs que nous tentons encore aujourd’hui de défendre.

https://www.cineproximite-gironde.fr/category/c5-les-cinemas-adherents/

Nota : Marc DUFUMIER , professeur émérite d’agronomie à AgroParisTech, spécialiste des systèmes agraires et de leur évolution, ainsi que de l’étude de l’impact des politiques et des projets de développement sur leur dynamique. L’agriculture paysanne semble être aujourd’hui un modèle agricole adapté aux enjeux écologiques (maintien de la biodiversité, développement de l’emploi agricole, pratiques souvent respectueuses l’environnement…). Pourtant cette agriculture se trouve fragilisée face aux changements climatiques. Si l’agriculture paysanne se caractérise par une forte capacité d’adaptation et d’innovation, on peut se demander jusqu’où ? Si elle semble être l’avenir, quel est son avenir ? Une autre occasion d’en parler, ici, en Gironde ? On attend vos points de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.