Elevage de cochons gascons

Classé dans : Terroir | 0

 

 

Le vendredi 21 octobre 2016, Agrobio 33 organisait, chez une de nos adhérentes, une journée technique, gratuite et ouverte à tous les agriculteurs, dans le cadre du programme ALTERAGRO.


Isabelle Orusi est productrice, en agriculture biologique, de porcs gascons et brebis landaises, sur la ferme conservatoire du Domaine de Jarry, à Cestas.

 

A partir des échanges du petit groupe constitué, les intervenants ont animés une présentation/débat sur le thème de la conversion bio sur la ferme (aspects techniques et impacts économiques).

Sont intervenus lors de cette journée Denis Fric, vétérinaire membre du GIE zone verte, spécialiste de la production de porc, Flora Dartiailh du Conservatoire des races d’Aquitaine et Adeline Motard de l’Afocg 33.

Les débats ont été riches autour des questions suivantes :

– quels impacts du cahier des charges bio ? Origine des animaux / Conversion des terres / Condition de logement / Pratique d’élevage / Alimentation / Prophylaxie, soins aux animaux & gestion des maladies

– quels impacts du choix d’une race rustique ? intervention de Flora et de producteurs du conservatoire des races d’Aquitaine : http://www.racesaquitaine.fr/

Le Conservatoire des Races d’Aquitaine œuvre pour la sauvegarde, le maintien et la valorisation des races et variétés d’élevage au service d’une économie locale et durable.

– en quoi ces choix peuvent assurer une réelle durabilité pour une ferme : viabilité, vivabilité et respect de l’environnement ?

Sur l’exploitation d’Isabelle, 50 ha en extensif, ce choix de production a été adapté. Les terres très sableuses ne permettent pas d’avoir de pâtures. Les animaux rustiques, porcs gascons et brebis landaises, peuvent valoriser cet environnement pauvre agronomiquement, très au calme au milieu des bois.

En observant les indices de consommation, on peut remarquer que le porc gascon en agriculture biologique a un coût de production plus important mais aussi un prix de vente élevé justifié par des qualités gustatives supérieures qui couvre au final largement les charges. Il s’agit néanmoins de bien identifier les débouchés en vente directe avant le lancement de l’activité.

– comment assurer des équilibres financiers avec une stratégie commerciale solide ?

– comment développer des partenariats et bénéficier des soutiens publics de façon constructive ?

 

En Gironde cette production est quasiment inexistante et la demande existe du côté des consommateurs notamment bordelais. On peut aussi noter l’exploitation de Bruno et Marguerite Lousteau à Gans dont les produits en frais ou transformés sont aussi en vente sur le marché bio et fermier de Cadillac, tous les samedis matin.

 

 

Un autre article sur les races rustiques d’Aquitaine, en particulier sur la race bordelaise, est à lire sur ce site : http://www.liendesterroirs33.fr/sauvegarde-de-la-race-bordelaise/

 

Merci à Agrobio33, avec l’intervention de Mickaël, animateur de Agrobio33 et organisateur de la journée. On attend avec impatience la prochaine journée !

Merci à Isabelle pour son accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.