La butte, objet de tous les fantasmes.

Classé dans : A la une, Evenements, Terroir | 0

C’est plus qu’une tribune, quoique C. Gatineau en a l’habitude sur Médiapart, qu’un livre numérique, téléchargeable gratuitement, une sorte de pamphlet, un cri du coeur, c’est-à-dire du bon sens paysan … ou de la raison ! Mais, en tout cas, il ne s’agit pas de s’émanciper du fonctionnement des écosystèmes naturels, dont un vibrant éloge du ver de terre !

Et en ce qui concerne les jardins-forêt, il n’hésite pas à parler de l’arbre qui cache la forêt, la vraie ! Parce qu’avec le jardin-forêt et la lasagne, les buttes de permaculture sont présentées comme des techniques révolutionnaires (voir note en fin d’article) pour augmenter les rendements comme on augmente le rendement d’un placement financier. En post-conclusion, un dialogue avec Claude Bourguignon

Extraits, mais, aussi d’autres extraits et commentaires sur FR3-NouvelleAquitaine :

En dehors de la domestication des plantes sauvages et de l’araire, la butte de culture reste la plus ancienne technique agricole, aussi géniale qu’astucieuse pour rendre cultivable un milieu inculte. Comme pour la culture en terrasses, c’est une réponse aux conditions environnementales

Figure de proue de cette agriculture propulsée aujourd’hui par certains comme un remède à la crise agricole, la butte de culture, dite butte de permaculture, est soi-disant porteuse d’un autre paradigme. Mais qu’en est-il réellement? Notre futur dépend-il de son avenir agricole ?On cultive la terre comme on se cultive pour rendre fertile sa vie. Soit, je l’ai toujours pensé, argué, mais quand la présentatrice du journal de 20h sur France 2 lance un reportage de la rédaction en disant : « L’agriculture a du souci à se faire, à l’époque du réchauffement climatique et de la disparition des espèces, place à la permaculture ! », que dit-elle?

Que la permaculture pourrait détrôner l’agriculture! Et ce 2 octobre 2017, des millions de cerveaux ont enregistré comme une information fiable, le message suivant : « L’agriculture est malsaine et la permaculture saine ». Malsaine puisque le réchauffement climatique et la disparition des espèces lui sont insidieusement imputés. Cette posture idéologique ne rend service ni à l’agriculture ni à la permaculture, car elle ne cultive que les apparences; qu’apparemment il y aurait, d’un côté, le bien et le bienveillant, et de l’autre, le mal et le malveillant. Rien de tel pour finir d’embrouiller une opinion publique qui a déjà du mal à y voir clair …

En 2014, j’ai publié sur l’illusion et la réalité de la permaculture : « La permaculture et l’agroécologie, deux synonymes du mot agriculture usés aujourd’hui à d’autres fins. Des mots pour se distinguer du lot, qu’importe les mots, il y a d’un côté ceux qui aiment la terre et la cultivent comme des artistes, et de l’autre, il y a les autres. Et comme dans le monde de l’art, il y a beaucoup de prétendus artistes qui, sous le masque de la permaculture, s’appuient sur le modèle agricole dominant pour prendre de la force…» Bienvenue dans l’univers des buttes, l’une des plus audacieuses création agricole.

NB … et une citation qui va dans le même sens :  » … le trait même de notre époque est cette prétention à faire <nouveau monde>, tout doit être une <révolution>, alors que bien souvent on redécouvre juste l’eau chaude. Stéphane Delorme in Politis no. 1061«  Et Mr. Macron, en son temps, en a fait un bouquin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.