La Région en transition vers quelle agriculture ?

Classé dans : Afocg33 et partenaires | 0

La Nouvelle-Aquitaine est l’une des régions françaises les plus impactées par le changement climatique : augmentation des températures de 1,4°C au cours du XXe siècle, phénomènes climatiques extrêmes de plus en plus fréquents (inondations, tempêtes, érosion, sécheresse…).

Face à ce constat, la Région est engagée depuis 2010 dans une démarche de transition ambitieuse grâce notamment à Acclimaterra autour des questions climatiques et Ecobiose pour les questions de biodiversité.

Le 9 juillet 2019, lors de la séance plénière dédiée à la transition environnementale et climatique, elle a défini sa feuille de route, Néo Terra, articulée autour de grands principes et d’objectifs précis, couvrant 11 ambitions. [ Et en ce qui concerne l’agriculture et son environnement, on peut retenir quelques bonnes intentions ! ndlr ]

La transition agroécologique

Pour une alimentation saine et un environnement préservé, le secteur agricole doit accélérer sa transition vers l’agroécologie. Il doit également réduire son empreinte sur le climat. La Région Nouvelle-Aquitaine a accompagné les différents modèles agricoles et les filières grâce notamment à des outils de financement innovants, comme le fonds d’investissement Alter’NA.

La Région se fixe plusieurs objectifs :

  • sortir des pesticides de synthèse en 2030 ;
  • arrêter l’utilisation des substances CMR (Cancérigènes, Mutagènes, Reprotoxiques) dès 2025;
  • 80% des exploitations certifiées en bio « Haute Valeur Ajoutée » ( textuel !… ou peut-être Haute Valeur Environnementale , ce qui peut permettre une haute valeur ajoutée aussi ? mais alors, qu’en est-il de la certification AB ? ce qui n’est pas tout-à-fait la même chose, ndlr) d’ici 2030 ;
  • 20% de produits bio dans les restaurations collectives dépendants des collectivités en 2030 ;
  • 30% des exploitations qui commercialisent tout ou partie de leur production en circuits courts en 2030 ;
  • réduire d’ici 2030, 30% des prélèvements d’eau pour l’agriculture en période d’étiage ;
  • former à l’agroécologie avec des fermes pilotes ;
  • 100% des lycées agricoles ayant des pratiques écologiques en 2025 ;
  • créer 100 unités de micro-méthanisation à la ferme en 2030 pour limiter les émissions de GES. [ mais, aussi pour accélérer le développement de la méthanisation ! Est-ce vraiment une filière aussi vertueuse qu’on le dit ? France3-NA soumet la question à divers intervenants, ICI, mais, aussi,en particulier, en ce qui concerne les digestats ! Sans oublier que la biomasse est nécessaire à la fertilité des sols, d’abord ! ndlr ]

Et sans oublier les apiculteurs ?

Consciente des menaces qui pèsent sur la conservation des insectes pollinisateurs, la Région s’est engagée dans un plan d’actions, voté le 26 juin 2017.  Quatre grandes orientations ont été retenues pour la mise en œuvre du plan régional :

Si vous voulez en savoir plus, en ce qui concerne les autres domaines d’intervention de la Région pour une transition écologique et climatique : CLIQUEZ ICI !

Et surtout, si vous avez quelques opinions à ce sujet, n’hésitez pas à nous laisser vos commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.