Quand le bio s’enracine à la Chambre d’Agriculture et une pétition de la FNAB

Ou bien serait-ce la Chambre d’Agriculture qui s’enracine dans le bio ? Même les formations en agriculture bio sont maintenant prises en charge par la Chambre, élevages, viticulture, grandes cultures, etc !

Votre newsletter Bio Gironde du mois de février ! En cliquant ICI ! Des actus règlementaires, des publications techniques, et les rendez-vous Bio et méthodes alternatives, en Gironde et dans la région.

Sans oublier votre territoire bio engagé : le label qui valorise les collectivités engagées pour la bio et la revue spécialisée « Revue technique ProFilBio ». Cliquez ICI, pour recevoir la revue ProFilBio. Prochaine newsletter de l’@B : fin mars 2021 avec des actualités sur la PAC et la bio. Pour recevoir la newsletter de l’@B : contactez votre correspondant départemental

Et pourtant, c’est dès maintenant que la FNAB demande la BIO pour TOUS !

Alors que commencent les tractations pour la prochaine politique agricole commune, qui dureront six mois, nous sommes bien loin des objectifs fixés lors des Etats Généraux de l’alimentation par le chef de l’Etat de 9% de surfaces agricoles biologiques au lieu des 15% annoncés pour 2022 et de 4,5% de produits biologiques en restauration collective au lieu des 20% promis. Et si vous voulez faire la différence entre LE bio ou LA bio, voir notre article !

Les agriculteurs et agricultrices bio ont décidé de lancer une campagne citoyenne pour réveiller l’opinion sur la question cruciale de l’alimentation et de l’agriculture. Parce qu’au delà d’un mode de production, il s’agit de notre santé, de celles de nos enfants, de notre environnement, de la qualité de l’eau, de la biodiversité, de notre avenir ! Une alimentation saine pour notre santé et notre environnement est une des clés pour faire face à la crise environnementale et sociale actuelle.

  • La prochaine politique agricole doit allouer 1 milliard d’euros par an à l’agriculture biologique pendant les cinq années de la future politique agricole ;
  • La France doit rattraper les ratés de la loi EGAlim en matière de restauration scolaire et mettre véritablement des moyens pour que tous les enfants aient accès à une alimentation de qualité en augmentant la part de bio à 50%, avec un vrai accompagnement des collectivités et en supprimant le tarif unique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.