Y a-t-il encore des abeilles ? Et du miel ?

Classé dans : à la Une !, Afocg33 et partenaires | 0
En cliquant sur l’image !!!!

Les organisations européennes COPA et COGECA (Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne/Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne) annoncent une récolte en baisse de 40% en 2020, avec des baisses attendues jusqu’à 70/80% en Italie et au Portugal. Elles lancent l’alerte sur les importations massives de miels à bas prix et demandent un plan pour la sauvegarde de la filière.
D’autre part, les apiculteurs tchèques déplorent une saison calamiteuse pour la récolte de miel. En cause : la météo mais aussi la crise du scolyte et les maladies.


Et en ce qui concerne la France…AgriMer a publié sa synthèse annuelle concernant la campagne Miel pour 2019. La récolte est estimée pour 2019 à 21 637 tonnes. La région Nouvelle-Aquitaine est la 2ème région productrice (3110 tonnes) après Occitanie. Le nombre de ruches mises en production est en augmentation avec 1 218 455 ruches (+26% par rapport à 2018).

En agriculture, les humains ont toujours tenté de s’affranchir de la nature: en sélectionnant les variétés les plus productives, en privilégiant l’usage de pesticides pour limiter les ravageurs des cultures et en privilégiant des variétés qui ne dépendent pas des insectes pollinisateurs pour leur reproduction. Ces pratiques contribuent à la raréfaction des abeilles. Une équipe de recherche tente de comprendre l’impact des quelques pollinisateurs encore présents dans ces cultures. Auraient-ils un rôle pour les rendements agricoles et donc les revenus des agriculteurs ?

Ainsi, aux Etats-Unis, des chercheurs ont mis en évidence un déficit de pollinisation sur 7 cultures. Dans les vergers de pommiers, la production est affectée par un manque de pollinisateurs dans 100% de l’échantillon.

L’ITSAP publie un panorama complet du marché du miel en France pour 2019 : usages du miels, circuits de commercialisation, destination des miels français et des miels importés… A lire sur le blog de l’ITSAP. Un autre article de l’ITSAP rappelle l’intérêt de la culture de la luzerne comme ressource alimentaire des insectes et des abeilles en particulier. En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.