Les apiculteurs aussi en colère !

Classé dans : A la Une !, Evenements | 0

Les apiculteurs, comme le reste des agriculteurs, subissent la concurrence déloyale des produits importés, l’augmentation du prix du gasoil, une rémunération et une retraite insuffisante, des difficultés à renouveler les générations, etc. Ils n’arrivent plus à écouler leur production de miel en vrac ou, lorsqu’ils trouvent acheteur, sont contraints de le vendre à un prix proche ou parfois inférieur au simple coût de revient. Le miel français n’est pas valorisé de manière juste. Depuis deux ans, les producteurs n’arrivent plus à écouler leurs stocks.

« Sur la période 2020-2022, les stocks de fin d’année chez les apiculteurs représentent ainsi de l’ordre de 45 % à plus de 50 % de la récolte annuelle », estime le Syndicat des producteurs de miel français (SPMF)

Au point que la production nationale reste parfois bloquée dans les fermes, « les entrepôts des négociants étant saturés de miel d’import à bas prix ». Et ce miel est très peu « visible » sur les étiquettes :

Miel importé peu cher : les apiculteurs français en galère

L’UNAF exige ainsi que le gouvernement prenne rapidement les mesures nécessaires telles que la mise en place d’aides exceptionnelles urgentes pour les apiculteurs professionnels qui n’arrivent pas à vendre leur miel en vrac (comme nous le demandons depuis novembre 2023 !) et une révision de la directive miel ambitieuse qui protège les apiculteurs européens de la concurrence déloyale des miels importés frauduleux : du sirop de fructose de canne, de riz ou de maïs dans les pots !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.